sensibilités algorithmiques
2018 02 20 fifth post

Curating Algoglitches

Un workshop pour prendre soin des glitchs algorithmiques

Objectifs du workshop

A la fin de notre court projet de recherche qui explore les formes de la sensibilité du public aux calculs algorithmiques, nous souhaitons organiser un workshop. Ce workshop préfigurerait un espace de recherche et d'expérimentation publique sur les glitchs algorithmiques. L'idée est de poursuivre et d'augmenter la démarche de notre projet : construire une situation d’enquête avec le public.

Nous proposons que la curation des algoglitchs - en prendre soin, les montrer, voire les célébrer comme le fait le monde des jeux vidéos avec ses propres glitchs (Son of a glitch) - pourrait être un point de départ fructueux pour développer des protocoles de recherche futurs.

Le workshop d'une demi-journée réunirait un public concerné chacun a sa manière par les calculs algorithmiques. Il sera convoqué pour explorer la potentialité visuelle et narrative du glitch. Les activités du groupe seront documentées, et constitueront le rendu du workshop.

Algoglitch

Lors de notre recherche (plus sur notre recherche ailleurs sur ce blog), nous avons spéculé un objet-concept appelé algoglitch. On l'avait au départ défini vaguement comme une perturbation dans une expérience quotidienne qui fait apparaître des calculs normalement invisibles à l'utilisateur. Si on pense d'abord à la navigation sur internet, les objets connectés s'y mettent aussi. Par exemple cette image tirée du tumblr Algopop où un écran publicitaire dans une pizzeria scandinave découvre sa nature computationnelle (En fait, c'est lui qui observe le client).
image

Recommandations inadaptées ou suspectes, publicités mal ciblées : une partie des ratés des algorithmes est prise en charge, sur Twitter par exemple, par les hashtags #AIfail ou #Algorithmfail.

Cependant, d'autres troubles sont apparus au cours de notre recherche, porteurs de questions et d'imaginaires assez différents de ceux du bug ou du biais humain (même s'ils partagent avec eux certains points communs). Nous en avons rendu compte sur Twitter : @algoglitch. Il s'agit plutôt d'observer et enregistrer les effets de ces rencontres du troisième type comme source d'agency, comme possibilité de décrire des frictions entre descriptions du monde (tout sur l'algoglitch).

Dans le post de blog mentionné ci-dessus, nous en arrivons aux conséquences de la définition de l'agloglitch sur la mise en public des calculs algorithmiques :

"The consequence for our algorithmic glitches is that the right question to ask might not be how to report and correct computing errors, nor how to debunk human biases reified into algorithms, but rather how to produce "glitch-based representations", that would focus our attention on the conflict between different underlying infrastructures and distribution of agency. Starting with a method for looking at algoglitches, selecting and categorizing them."

Ce sont ces conséquences que nous voudrions maintenant explorer, en particulier ce que seraient des représentations de l'agency algorithmique basée sur les glitchs.

Le bug est plutôt pris en charge par les entreprises elles-mêmes afin d'améliorer les performances des algorithmes. Le biais humain apparait comme un levier d'action de plus en plus solide pour modifier la réglementation des plateformes.

Le glitch peut-il assembler son propre public ? Que serait la politique du glitch ?

Nous n'avons pas de réponse à ces questions. C'est l'intérêt du workshop.

L'exemple d'une curated list : "Falsehood programmers believe in"

Falsehood programmers believe in propose une série d'articles qui recensent les assomptions fausses des développeurs quand ils modélisent le monde. Le site permet de rire de soi-même (il est connu dans le monde des développeurs) et de réfléchir sur sa propre activité. Comme le dit l'intro, "Falsehood articles are a suite of wordy unit-tests covering extensive edge-cases provided by real-world usage". Il a aussi ses limites : il suppose un rapport entre le vrai et le faux assez simple, qui pose un peu problème dans un rapport à la réalité plus complexe. C'est quand même aussi un peu des blagues de geeks :)

Date et lieu

Le samedi 21 Avril à la Gaieté Lyrique. Les horaires sont encore à définir.

Participants

L'idée est de mélanger différents types d'intérêts : être affecté par les calculs (ex: youtubeur), concerné l'attitude publique par rapport aux algorithmes (ex: association), être intéressé par les glitchs comme matière brute (ex: artiste), être intéressé par le processus de mise en public (ex: designer).

Notes sur la méthode

Ce projet tente de déployer méthodes d’enquêtes à l'interface entre design et sciences sociales, visant à engager les acteurs dans des ateliers de confrontation et analyse conjointe des observations créées en amont par les méthodes de traçage. Il ne s’agit ni d’un focus group, ni d’un atelier de création de solutions collaboratives mais d'une co-enquête. Cette méthode questionne également la matérialité et les formes de publication de la recherche.

Next Post

What we learned collecting algoglitches on Twitter

Small Victories